Comment choisir les bons éclairages #1 : l’éclairage fonctionnel pièce par pièce

Touche finale en décoration ou composante à part entière de l’aménagement intérieur, la « mise en lumière » peut faire l’effet d’un véritable coup de baguette magique chez soi. En effet la lumière est primordiale dans notre perception de l’espace. Bien choisies et disposées, les différentes sources lumineuses peuvent littéralement transformer et rendre agréable le plus compliqué ou minuscule des espaces.

Seulement, il existe presque autant de manières d’éclairer que d’architectures et autant de styles de luminaires que d’ambiances possibles. Or, parmi ce vaste choix, plusieurs grandes catégories d’éclairages se dessinent.

Pour s’y retrouver, nous les décrypterons en trois temps, comme trois étapes à suivre pour aménager et parfaire la lumière chez soi…

 


STEP 1

Des éclairages directionnels pour des espaces fonctionnels

Nous serons tous d’accord sur ce point : dans certaines parties du logement en particulier, on ne peut se passer d’un éclairage franc, neutre et bien orienté. Et pourtant il arrive de faire l’impasse sur cette étape primordiale.

Plans de travail de cuisine, bureaux ou miroirs de salle de bain, en matière d’éclairage, c’est par là qu’il faudrait toujours commencer.

Identifier ces zones qui ont besoin d’être invariablement bien illuminées avant de s’attaquer au reste c’est déjà s’assurer une forme de confort, celui de l’œil.

Mise en pratique pièce par pièce

CUISINES

L’idéal pour les cuisines réside dans les lampes directionnelles orientées vers les tables, plans de travail et zones de rangement.

À privilégier : les spots encastrés, les suspensions, les appliques directionnelles ou encore les barres de LED qui font parfaitement l’affaire.

À éviter : une seule source d’éclairage diffuse (au plafond par exemple) insuffisante et inconfortable quand on cuisine.

Perspectives d'éclairage... #1
Archzine / Bostad Erik Olsson
Perspectives d'éclairage... #1
Agence à Vous / Journal du design, réalisation EO Architectura, Photo : Adrià Goula

SALLES DE BAIN

La difficulté dans une salle de bain est d’installer des éclairages suffisamment puissants pour se voir clairement, sans être ébloui pour autant.

À privilégier : on peut s’inspirer des loges d’artistes où l’on multiplie les ampoules murales de faible intensité autour du miroir.

À éviter : les éclairages par le haut qui créent des zones d’ombre et déforment le visage.

Perspectives d'éclairage... #1
Planète Déco / Ikea sur Marie-Claire Maison / Paulmann Paulmann sur Côté Maison

BUREAUX

Pour éclairer cette zone de travail, les possibilités de disposition sont multiples et laissent un peu plus de liberté.

À éviter : les lampes et les ampoules décoratives sans cache ni abat-jours qui éblouiront, ou au contraire ne seront pas suffisamment puissantes.

Perspectives d'éclairage... #1
Alvhem sur Planète Déco / Neil Poulton pour Artemide / Déco Crush
Perspectives d'éclairage... #1
Déco Crush / Pierre Berget Tumblr

ESPACES LECTURE

Idem, voici quelques idées…

À éviter : ici plus qu’ailleurs, les éclairages trop faibles très fatiguant pour la lecture.

Perspectives d'éclairage... #1
Casa Vogue / My Déco Lab
Perspectives d'éclairage... #1
Alvhem sur Planète Déco
Perspectives d'éclairage... #1
Alvhem sur Planète Déco

La lumière du chaud au froid

Perspectives d'éclairage...#1

C’est dans ces espaces fonctionnels que la couleur de la lumière entre en jeu, ou plus exactement sa température.

La lumière en soi possède une couleur qui se déploie entre le bleu / blanc – c’est la lumière du jour –, et le jaune / rouge – c’est la lumière artificielle.

Dans ces zones fonctionnelles plus qu’ailleurs, les ampoules blanches sont un « must ». Faute de quoi, une lumière jaune au-dessus d’un plan de travail de cuisine fera paraître légèrement déformée la couleur des aliments (un avocat qui tire vers le marron par exemple).

La lumière du jour, blanche et froide, étant le référent visuel pour notre cerveau, toute autre teinte lui demandera un travail plus ou moins important de reconnaissance des « vraies » couleurs, ce qui fatigue à la longue.

QUELLES AMPOULES CHOISIR ?

La température de couleur ou la couleur de la lumière se mesure en kelvins (K). Elle nous indique si la lumière blanche est chaude (plutôt jaune) ou froide (plutôt bleue). Les températures K sont indiquées sur toutes les boîtes d’ampoules.

Pour ne pas s’y perdre dans les rayons, on retiendra que pour les zones fonctionnelles, mieux vaut faire le choix d’ampoules ou de spots avec un indice indiqué à partir de 3300 K sur la boîte. En dessous, on obtient un éclairage chaud et jaune qui ne facilite pas la perception.

Perspectives d'éclairage...#1

 

Le point commun de ces luminaires fonctionnels ? Ils sont blancs et directionnels.

Toutefois, il en va autrement pour les autres catégories d’éclairage : petites surfaces, appartements contraints par des plafonds trop bas, pièces sans fenêtres, duplex un peu froids etc.

L’étape suivante nous emmènera vers l’éclairage général et la façon dont les qualités optiques de la lumière peuvent être mises à profit pour jouer avec l’architecture d’un lieu.

C’est par ici : « Step 2 : L’éclairage global et quelques règles optiques »

____________________

Ces articles n’ont pas vocation à décrire des règles absolues, ils sont le fruit d’expériences partagées. N’hésitez pas à partager via notre page Facebook vos propres idées et solutions. Bref, apportez vous aussi vos éclairages !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer